Actualités

Tirons la langue - par Lysiane

Pour ce premier article de blog, j’ai choisi de vous présenter Tirons la langue, plaidoyer contre le sexisme dans la langue française de Davy Borde, publié par les éditions associatives Utopia. Quel meilleur point de départ, pour le tout jeune blog d’Alterlibris, que de questionner la langue en tant qu’outil idéologique ?
La langue française est en effet loin d’être neutre. Elle a toujours été genrée (c’est-à-dire construite autour du masculin et du féminin), mais, depuis l’instauration de l’académie française (en 1635), les masculinistes n’ont eu de cesse de la normaliser, d’ériger le masculin comme un genre universel et neutre, et de renvoyer le féminin à la singularité quand il n’est pas simplement invisibilisé ; car, c’est bien connu, “le masculin l’emporte sur le féminin”. Il faut croire qu’au fil des siècles, l’entreprise a fini par porter ses fruits. Ainsi, “il fait si froid”, que “personne n’est venu” à la manifestation pour les droits de l’Homme, et que la femme enrhumée, gisant au fond de son lit, répondra à son époux également malade : “je le suis aussi”.
La langue est le reflet de notre société. Les mots forgent notre manière de voir le monde ; ils fixent les représentations et les stéréotypes qui influent sur notre façon d’être, et vice versa. Ce n’est pas pour rien que la classe dirigeante s’achète des entreprises médiatiques, car, même si elles ne rapportent pas d’argent, ce sont de puissants leviers pour imprimer une idéologie capitaliste, fasciste et autoritaire, tout en martelant les mots magiques que la “démocratie”, l’“égalité”, la “fraternité”... Le langage est corrompu, dévoyé, euphémisé dans l’intérêt des plus puissants ; on nous parle de “ressources” humaines et naturelles, de “charges patronales”, de “plans sociaux”, de “dialogue social”, d’“égalité des chances”, de “classe moyenne”.
Davy Borde ne se contente pas de présenter l’écriture inclusive (souvent mal connue au demeurant). Il démonte aussi les principales objections qui lui sont faites et propose sa propre révision des sujets, adjectifs, pronoms et déterminants afin que tout soit inclusif et pas trop compliqué. Par exemple, au lieu d’écrire “les lecteurs”, l’écriture inclusive “classique” propose d’utiliser “le lectorat”, “les lecteurs et les lectrices” (la forme la plus fluide à l’oral), les lecteur•ices (l’utilisation du point médian ayant ses limites), Davy Borde va plus loin en employant une forme contractée, “les lecteurices”, que j’ai adoptée à titre personnel depuis plusieurs années maintenant.
Davy Borde nous offre un ouvrage accessible par son contenu (130 pages) et son prix (6 euros), audacieux, expérimental et inspirant pour l’éditrice et la libraire que je suis ! L’auteur nous invite à nous faire notre propre avis sur la question, à porter un regard politisé sur la langue. Car notre combat pour faire advenir le monde heureux et libéré auquel nous aspirons passe aussi par la réappropriation des mots. Que vous soyez enthousiaste ou réfractaire à tout changement linguistique, ce livre est fait pour vous !
Lysiane, libraire alterlibriste

  1 2